NOS ÉGLISES

Saint-Jean-Chrysostome

Après des démarches répétées des occupants du vaste territoire situé entre les rivières Etchemin et Chaudière, la paroisse de Saint-Jean-Chrysostome est enfin constituée le 25 novembre 1828 par Mgr Bemard-Claude Panet, archevêque de Québec. Elle s’étend sur environ 115 km2 à partir du fleuve jusqu’à une douzaine de kilomètres dans les terres.

La chapelle-presbytère, construite en 1830, est détruite par un incendie en 1871; dès la même année, on construit le presbytère actuel sur les fondations du premier. l’église, érigée en 1848, est l’une des dernières du réputé architecte Thomas Baillargé, dont les plans pour la décoration intérieure sont complétés par son élève Thomas Fournier.

Saint-Lambert-de-Lauzon

Le territoire de la paroisse Saint-Lambert-de-Lauzon faisait partie de la Seigneurie de Lauzon depuis 1696. Jusqu’en 1854, il fut desservi par le curé de Saint-Isidore.

La paroisse catholique de Saint-Lambert-de-Lauzon est créée le 30 mai 1851, à partir des territoires de Saint-jean-Chrysostome, de Saint-Nicolas et de Saint-Isidore.

Son érection civile a lieu le 11 mai 1853. l’église actuelle a été construite entre 1904 et 1906. Elle a été conçue par l’architecte Joseph Saint-Hilaire.

SL-img01
Saint-Romuald

En 1853, la paroisse de Saint-jean-Chrysostome est divisée pour une première fois; la paroisse de Saint-Romuald d’Etchemin est créée le 18 novembre 1853 dans le rang Bord-de-l’eau et ses alentours pour desservir les personnes qui gravitent autour des moulins, des chantiers et de toutes les autres activités axées sur le fleuve. l’érection civile de la paroisse aura lieu en mars 1854.

L’église actuelle, richement décorée, est construite en 1855-1856, sous l’égide de l’architecte Charles Baillargé. Elle est reconnue monument historique depuis 2004.

egl-sr2
Notre-Dame-du-Perpétuel-Secours

Le 2 mars 1903, c’est au tour des travailleurs du rail, rassemblés depuis plus de vingt ans à la croisée de trois réseaux ferroviaires majeurs, d’obtenir la formation d’une nouvelle paroisse, celle de Notre-Dame-du-Perpétuel-Secours, à même le territoire restant de Saint-jean-Chrysostome.

Leur église est érigée la même année. Le nom de Charny sera adopté en 1924, pour honorer le troisième seigneur de Lauzon.

egl-ndps2
Sainte-Hélène-de-Breakeyville

Depuis le milieu des années 1800, le site de Chaudière Mills se développe avec l’industrie du bois, sous la gouverne de la famille Breakey, et la population s’accroît rapidement. Après une dizaine d’années de représentations par les habitants, l’évêque de Québec décrète l’érection de la paroisse le 7 novembre 1908 et signe deux jours plus tard le décret pour la construction de l’église.

Même si la famille Breakey est de confession presbytérienne, c’est elle qui donne le terrain pour construire l’église catholique, fournit les matériaux et paie la majeure partie des travaux. La paroisse est nommée en l’honneur de M. John Breakey et de son épouse, Helen Anderson.